AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 TAWNY OWLS "High Fly" Rockabilly sound

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xmenrock
Administrateur


Nombre de messages : 778
Age : 45
Localisation : Gretsch World
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: TAWNY OWLS "High Fly" Rockabilly sound   Ven 30 Déc 2005 - 0:06

Beaucoup de questions au sujet du son du disque, alors suite à vos solicitations, voici un exposé sur le “High Fly” sound.
Je commencerais par préciser que cette album nous est tombé du ciel par le plus pure des hasard.
Au départ, lorsque nous avons enregistrés les 7 titres de Tawny Owls, c’était uniquement dans le but d’avoir des titres enregistrés proprement afin de s’en servir de démo pour pouvoir démarcher les lieu de concert. étant donné mon côté assez perfectionniste, je suppose que je n’aurais jamais osé enregistrer les sessions moi même si j’avais su la finalité de l’histoire (assez belle finalement).
The Tawny Owls session:
Le challenge était de contredire les théories de certains studios spécialisés dans le son 50’s: il n’est heureusement pas primordiale d’utiliser du matos d’époque pour avoir le son Rockabilly.
Ensuite, l’objectif était de recréer l’atmosphère et de se rapprocher le plus possible des enregistrements des studio d’époque.
Pour bien commencer il aurait fallu trouver une pièce appropriée avec des parois alvéolés sur les murs etc... mais bon on fait avec les moyens. Pour cela on utilise tout simplement notre lieu de répétition: une pièce d’environ 25m2 carrelé au sol et des mur en béton. C’est loin d’être l’idéal quand on sais que l’on va devoir enregistrer live (tous les musicos ensemble comme à l’époque) dans une même pièce. Imaginez 25m2 avec chanteur sans retours, une batterie, une gratte électrique, une contrebasse non amplifié pour la circonstance et le tout sans aucunes séparations entre les instruments. Peu importe l’endroit, tout le travail est basé sur l’emplacement des musiciens dans la pièce et le choix des micros. Tout cela peut parfois prendre beaucoup de temps. Le mieux est d’avoir fait des essais au préalable afin de définir quel micro utiliser.

Inutile de jeter l’éponge pensant qu’il faut toute une armada de micros pour pouvoir enregistrer, seulement 1/3 des micros ici ont été utilisés et de plus ce sont les modèles les plus récent:
- Mélodim pour la voix (c’est un micro 50’s de fabrication Française mais il reste bon marché. Nous aurions put en utiliser un autre mais je l’ai choisi pour sa sonorité médium) Il est aussi très bien pour repiquer les amplis
- Shure SM57: pour l’ampli guitare et au besoin pour la batterie. (Ce micro est très répandu dans tous les studios, sur toute les scènes. Il est très accessible et on peut l’utiliser quasiment dans toute les cas de figure.
- Rode NT1: pour la contrebasse. (il fonctionne avec alimentation fantôme, il possède un haut niveau de sortie et à une palette sonore très large
Les autres micros que j’ai essentiellement acheté par la suite:
- Shure 55SH: nous l’utilisons uniquement pour le chant (répète, scène...)
- Shure 55C: vieux micro fonctionnant parfaitement. Au départ je l’ai acheté pour le look car c’est celui que l’on voit sur une photo des Cochran Brother ou chez Sun Records. Il sonne très claire et je ne lui ai encore trouvé aucune utilisation.
-RCA “Varacoustic”: Micro à ruban des années 40 je le trouve fantastique. Il à un beau son très rond et comme légèrement compressé. Il est superbe pour les voix et dans de nombreux autres domaines. On retrouve le type de son de Johnny Burnette ou Cochran. Je l’ai d’ailleurs utilisé pour le titre “Sittin’ in The Balcony”.
-RCA 74B: comme l’autre c’est un micro à ruban. il est très ancien mais tout est en parfait état. Il fonctionne mais sa qualité sonore est en dessous de l’autre alors que ça devrait être l’inverse. Je l’enverrais donc en révision dès que possible afin qu’il retrouve toute ses qualités.




Côté matériel audio:
- Double compresseur à lampe TLAudio (deux canaux séparé): un pour le micro contrebasse et l’autre pour le micro batterie. (je m’en sert aussi lors du mixage).
- Valve processor TLAudio à lampe: que je connecte en directe dans l’enregistreur. On peut brancher ce que l’on veut dessus, mais je m’en sert uniquement pour la voix. il possède une partie compression et une partie égalisation..
- Effet Boss FX700: Je m’en sert uniquement lors du mixage si j’ai besoin d’un peu d’écho ou de reverbe
- Table de mixage Mackie 16 piste.
- Enregistreur numérique 8 pistes Fostex D80
Pour cheminement du son c’est très simple: les 8 premières pistes tranche de la console mackie sont connectés aux 8 entrés de l’enregistreur et les 8 autres pistes (de 9 à 16) concerne uniquement la partie mixage (les 8 sorties du D80 sont branchés dessus). Pour simplifier, les pistes de 1 à 8 concerne l’enregistrement et les pistes de 9 à 16 le mixage ok?
Bon où en étais-je... oui, je disais que la plus grande partie du travail était basé sur l’emplacement des musiciens et des micros dans la pièce et surtout sur les essais. Bon tout semble prêt, et après essai, le Shure SM 57 est placé devant l’ampli en “standby”, le Rode NT1 à mi-hauteur devant le corps de la contrebasse, et le Melodium en face du chanteur qui révise ses textes. Comme je l’ai dit, le micro chant est connecté dans le valve processor. Je monte le niveau jusqu’a qu’il y ai quelques crêtes dans le rouge, le compresseur est réglé de façon à ne pas trop écraser le son mais tout en permettant de calmer les ardeurs du lead singer. J’enclanche aussi la partie égalisation mais uniquement pour colorer le son: (je rajoute des médium de façon à obtenir une sonorité un peu comme les actualités dans les années 50. (mais pas trop non plus car au besoin je pourrais toujours accentuer l’effet lors du mix)).
J’appui sur “Record”, je règle tous les niveaux afin qu’il ne soit pas dans le rouge car les enregistreurs numériques ne supporte pas cette surcharge. ça y est c’est parti pour le premier test. Il suffit d’enregistrer quelques mesures puis d’écouter et corriger en conséquence. A la première écoute, je me rappel que malgré qu’il n’y ai pas de micro sur la batterie, le son était trop brillant et la guitare s’entendait trop (dans tous les micros). Finalement j’ai baissé le son de l’ampli assez bas, et j’ai compensé le manque de crunch et d’agressivité par un léger “tube screamer”. Je n’aimais pas du tout le son que j’entendais mais à l’écoute sur l’enregistrement sa sonnait donc j’ai conservé cette méthode.
Pour “calmer” la brillance de la cymbale nous avons essayé plusieurs chose mais le mieux était un drap qui recouvre toute la cymbale et des chiffons sur la caisse claire. ça faisait vraiment un drôle de son et surtout un drôle de look. Nous avons fait de nombreux test pour obtenir à peu près ce que nous voulions. Si je me rappel bien, Il nous a fallu plusieurs séances avant d’avoir enfin matière à travailler. Lors de l’enregistrement des Tawny Owls j’ai joué sur le Bedrock avec ma Silver Jet équipée de Dynasonic, sauf sur “Linda Lee” où j’ai préféré le micro aiguë de ma 6120 “Cochran” model. Je dois précisé aussi que j’utilisais en même temps mon delay.
Le mixage:
Tout est dans la machine. Je prend mon double compresseur à lampe que j’insert maintenant directement entre les sortie stéréo de la table de mixage et les entrées stéréo du DAT (ou graveur de CD...) Malgré que l’on soit au 21eme je mixe tous les titres en mono.
J’insert au cas où le Valve processor TLAudio sur la piste de la voix. Cela peut me permettre de compresser ou de donner du grain à la voix en fleurtant avec la zone rouge de l’appareille (écoutez la voix sur “Two Timer”).
c’est vraiment lors de cette opération que l’on rajoute les épices et sculpte vraiment le son de chaque morceau à sa manière, d’où l’importance d’avoir à la base un bon enregistrement. Pour “You’re My Baby” et “Come on little mama” j’ai recherché un son mix plus aéré façon “Sun Records” pour ne pas trop m’éloigner de l’esprit de ces morceaux. J’ajoute aussi à chaque fois avec le Boss SX700 du delay sur certaines pistes mais a dosage différent, ce qui de toute façon étant donné le mode de prise de son, s’entendra sur tout le morceau. J’aime bien le delay sur les morceau rockabilly, il contribue au son général mais attention: il ne doit pas gâcher le morceau par son omniprésence. J’utilise aussi un réglage différent pour chaque titre. Par exemple pour “You’re My Baby” et “Come on little mama” j’ai utilisé deux échos mais légèrement décalé l’un par rapport à l’autre car ceci était l’une des caractéristique du “Sun Sound”.

Coup de théâtre: seulement quelques mois après, le mixage à peine terminé, que le groupe décide de se séparer pour chacun vivre des choses plus ou moins intéressante de son côté: Yann (le contrebassiste) rêve d’aller s’installer en Angleterre, Eric (le Gretsch drummer) jouera dans un Rockabilly trio en Suisse John Guster, Michel (the lead singer) trouvera un job en dehors de Lyon et moi... je souhaitais simplement rester jouer tranquillement chez moi avec comme seul lieu de concert: mon canapé ou ma salle de bain...
à suivre...

_________________
Live Fast Die Young...


Dernière édition par le Mer 17 Jan 2007 - 15:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
xmenrock
Administrateur


Nombre de messages : 778
Age : 45
Localisation : Gretsch World
Date d'inscription : 31/03/2005

MessageSujet: Re: TAWNY OWLS "High Fly" Rockabilly sound   Ven 30 Déc 2005 - 0:12

...TAWNY OWLS "High Fly" Rockabilly sound suite et fin:

De long mois passes, et, de mon côté, je grattouille seul sans aucun objectif. Le manque commence à se fait ressentir, et, sur ma guitare, la dextérité de mes doigts s’alourdi peu à peu. Malgré ce que je pensais, la sensation d’être devenu un musicien inutile est terrible. Bref la catastrophe. Il est vrai que je n’ai jamais aimé être au devant de la scène ni sous le feu des projecteur, je me complais uniquement dans l’ombre et l’anonymat.
C’est dailleurs de là qu’a germée l’idée des “X-Men”: Mon but était d’enregistrer des morceaux, des compos, aussi divers que possible (primitive Rockabilly, instrumentaux surfs, bruitage de type 50’s science fiction films... et de faire ensuite appel à divers musiciens pour enregistrer les autres instruments. Une fois les titres finalisés, j’aurais choisis les plus sauvages ou ceux qui auraient le meilleurs impact, puis j’aurais infiltré des copies de ces enregistrements dans les milieux Rockabilly, Rock’n’Roll, Surf, sans donner autres informations que le nom des “X-Men”. Il aurait simplement fallu attendre que se construise une polémiques autour de ce nom pour que je puisse simplement créer une demande, puis enregistrer et diffuser pour mon simple plaisir des titres depuis mon X-périmental “Electromatic Studio”. Ainsi, tout en baignant dans un anonymat le plus total, j’aurais pu devenir un personnage totalement fantomatique et mystèrieux comme si j'étais sortie tout droit d’une vieille bande dessiné de science fiction jaunie par le temps. Fou non? mais ce n’est pas fini, car cet “album” véhicule le virus “X-Men” mais, mis à part les Gretschmen de ce forum personne ne connait vraiment l’existance de ce certain Xman, ni même du rapport qui pourrait exister entre ces deux nom alors...

The “X-Men” session:
Alors là ça n’a rien à voir. Plus du tout le même façon de travailler tout est décousu et toutes les prises sont des sortes de patchwork démoniaque façon Frankeinstein. En effet j’ai commencé par enregistrer quelques titre qui me tenait à coeur seul de mon côté et même deux ou trois compos que je garde sous le coude: (un titre dans l’esprit Presley 1954, un autre façon “Muddy River”, un instrumental surf avec bruitages de vaisseau spatial...) bref du pain sur la planche. En parallèle, j’avais parlé du projet à Alan Ford mon ami de longue date qui ne joue que pour son plaisir et ne veut surtout pas entendre parler de Rockabilly band. Bref, il a en tout cas l’esprit X-Men non? Malgré tout j’adore son style et son approche de la guitare. Le temps passe et, quelque temps après on se contacte et me dit qu’il avait 2 ou 3 bricoles (comme je le connais bien et que c’est un perfectionniste je savais qu’on en tirerait quelques chose) Ce sont justement deux instrumentaux de sa composition “Cruisin’ in An Old Deuce” et “Batman is around” chapeau non ?
Avant que l’histoire commence, je dois vous préciser qu’ensemble nous somme allés vendre son gros Fender Blues Deluxe en tweed de 40watts ce qui lui à permis de financer entièrement son matos d’enregistrement Rock’n’Roll non? :
- un ampli Fender Blues Junior
- un micro Shure SM57
- et un petit 4 pistes Yamaha à cassette.
Le delay Boss R-V3 et surtout sa magnifique Gretsch double Anniversary green de 1960 ne rentrait pas dans le budget mais ça, il l’avait heureusement déjà
Entrons maintenant dans le vif du sujet:
- “Cruisin’ in An Old Deuce” et “Batman is around”: j’avais déjà enregistré quelques titres lorsqu’il se pointe avec son modeste enregistreur pour pouvoir finaliser la chose. étant seul il n’est évidement pas venu avec l’intégralité du morceau prêt à être pressé, mais simplement avec les parties lead guitar complète et sur une autre piste la rythmique (un peu comme une maquette). Ses deux compos me plaisaient et étaient tout à fait dans l’esprit de ce que je désirais. Comme son enregistrement lead guitar ne présentait aucun défaut (ni rythmiquement, ni côté enregistrement), plutôt que de tout recommencer, j’ai simplement enregistré la piste lead dans mon D80 . J’ai gardé une aussi copie de l’integralité de ses deux titre pour me rappeler dans quel direction bosser.
La semaine suivante j’ai commencé à essayer de trouver des rythmiques acoustique? électrique? et j’ai finalement opté pour un accompagnement en fond sur le micro grave de ma Country Club joué sur le Bassman pour “Cruisin’ in An Old Deuce” et sur la Silver Jet pour “Batman is around”.
La batterie à ensuite été enregistré avec le micro melodium et la contrebasse exactement de la même façon que pour les Tawny Owls.
- “Sittin’ in The Balcony”: Un titre qui me tenait a coeur. Le challenge était d’éssayer de rejouer ce beau classique popularisé par Eddie Cochran mais de façon plus juvénile. Pour cela j’ai évidement empoigné ma 6120 “Cochran” branché dans le Bassman, et j’ai orienté le micro devant l’ampli de façon a ne pas trop avoir de clarté dans le son de guitare.
Les parties guitare terminé, j’ai branché le micro RCA “Varacoustic” dans le Valve processor TLAudio. J’ai ensuite bu une bonne cuillère de sirop (ou de bière je ne me souvient plus), puis je me suis mis à chanter devant le micro.
Pour les coeur nous étions presque tous là: le batteur (qui ne chante jamais), Michel (le chanteur des Tawny Owls), moi et le frère de Michel qui chante lui aussi. Bref pas évident du tout de faire ce style de coeur. Après de nombreuses tentatives et de multiples fous rire nous étions enfin satisfait du résultat.
- “Indian Boogie”: Celui-ci à été enregistré dans le home studio. Alan avait dégoté ce titre par hasard sur une cassette audio, il l’a travaillé, puis il est venu l’enregistrer. Lui faisait la partie lead guitar sur son Anniversary (on reconnaît le son HiLotron) et moi la rythmique avec la paume de la main sur les cordes de la Silver Jet. J’ai ajouté en re-recording une sorte de mélodie façon steel Guitar. Pour cela j’ai accordé la “Jet” en open de sol et je l’ai jouée à plat comme sur une vrai steel. J’ai dût faire plusieurs essais avant d’arriver à trouver des riffs pour ce morceau.
- “Scratchin’ ”: j’ai tous simplement décortiqué cet instrumental de Cochran. Tout est basé sur 4 guitare enregistré en re-recording et les effets typique de ce titre: delay, reverbe. Curieusement j’avais enregistré ce titre non pas avec la 6120 Cochran modèle mais avec une 6120 équipé de deux Filtertrons et mon Bassman. étonnant non?
- “Hammy Blues” autre classique d’Eddie Cochran: J’avais envie de l’enregistrer pour plusieurs raisons: retrouver le son clair et précis des grandes structures de l’époque, tout en se rapprochant le plus possible de son original avec seulement une contrebasse bien slappée, une guitare acoustique, et ma Gretsch.
- “White Girl”: j’ai flaché sur ce titre de Ledbelly enregistré à la fin des années. J’en parlais hier avec “Stefan Rock” c’était le simple plaisir d’essayer faire une version rockabilly d’un vieux blues bien sombre. J’ai tout d'abord joué la rythmique, puis chanté ce morceau. Comme j’avais prévu une de faire une partie solo mais que je n’avais rien prévu déçu, le batteur est venu enregistrer sa parti. Ensuite, impossible de trouver un solo qui convenait. J’ai demandé à d’autre personnes s’ils avaient des idées mais rien, jusqu’au jour où j’ai en tâtonnant trouvé ce solo enregistré sur le micro aiguë de la Silver Jet et qui pour moi fait maintenant parti de ce titre. La contrebasse quand à elle... n’a jamais été enregistrée et ce morceau est resté tel quel.
Voilà les Gretschmen, j’avais promis de vous écrire une petite bafouille voilà qui est fait. En espérant que ça vous donnera l’envie de faire vos expériences de votre côté, surtout que maintenant on peu trouver des petits multipistes numériques avec effets intégrés et tout et tout pour une pincée de Dollars.
Pour plus de facilités et pour éviter que tout soit éparpillé dans le topic, si vous avez des questions n’hésiter pas à me les poser sur le Gretsch forum actif et si c’est dans mes cordes, je me ferais un plaisir de vous répondre.
En tous cas merci à tous ceux qui ont apprécié notre travail...

Merci

X-man batman .
http://www.tawnyowls.rockarocky.com/


Dernière édition par xmenrock le Sam 22 Sep 2012 - 10:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
TAWNY OWLS "High Fly" Rockabilly sound
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TAWNY OWLS "High Fly" Rockabilly sound
» The tawny Owls
» Sos Band " High Hopes " - 1982 (Bass Cover)
» CasaOne ouvre son studio High Tech "La Casa"
» RyeoWook dans "High school musical on stage"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Gretsch Discussions :: Gretschman's daylife-
Sauter vers: